Un petit tour d'Irlande à Vélo

Qui suis-je ?

Séjour d'un mois en vélos sur la verdoyante Ile d'Irlande. Trajet en majorité sur la côte
Accueil | Qui suis-je ? | Mon itinéraire | Livre d'or | Albums photos | Archives | Amis |

NOTRE GUIDE DE L'IRLANDE

Commençons par le commencement :

 

-Le choix du Guide. Opter volontiers pour le Guide du routard, très complet et réactualiser, nous avec notre petit Futé on avait l’air pauvre en information par rapport aux autres. Et l’édition 2008 n’est pas forcément à jour (des campings qui n’existent plus par exemple)

 

-l’Itinéraire : N’hésiter pas à aller en Irlande du Nord. Ce n’est plus craignos depuis longtemps et la côte est plutôt sympa.

A conseiller, les monts Wicklow et la péninsule de Dingle.

Essayer de quitter la côte, l’intérieur du pays est aussi plaisant dans les zones à reliefs et la population est plus attachante (moins saturée de touristes). Une cartographie routière est suffisante pas besoin pour moi de carte très précise style 1/25000éme. Les petites routes sont plus difficile en relief mais plus attachantes à vous de voir.

 

- Le Climat : Un des piliers de l’Irlande, si c’est vert c’est pas pour rien ; les précipitations sont conséquentes plutôt sous forme d’averses, nous apparemment on a eu une année terrible sauf que ça fait deux ans que c’est comme ça. Préféré juin à juillet août, moins de pluie.

Le vent est handicapant pour vos déplacements d’est en ouest et les mauvais jours sur la côte.

 

- Le Relief : Correspond à de la moyenne montagne au plus fort, prévoir des vélos avec des développements appropriés. Mais rien d’insurmontable ( au pire sur l’Ile 10 kms à 9% de moyenne). C’est aussi ce qui fait tout son charme, pas plus de 5 minutes de ligne droite, on a l’impression que la DDE a posé le bitume directement sur la terre, les directions et dénivelés changent tout le temps.

 

- L’Agriculture : Oui, il y a des moutons, mais surtout des vaches, en général.

Beaucoup de petites exploitations, encore beaucoup de zones complètement rurales avec tracteur et Mercedes classe c tout de même ( je vous le dit, le pays est en pleine croissance).

 

- Le Budget : Des guides parlent de 20 Euros par jour par personne. Nous ont en a eu pour 1200 Euros en tout pour 25 jours (avec 25 jours de périple et 450 euros de Ferry) sans excès. Les Irlandais gagnent bien leur vie, la vie est chère. Bien évalué la quantité de Pounds à retirer pour ne pas faire de dépense inutile en partant d’Irlande du Nord. Faire peu de retraits  mais conséquent pour minimiser les taxes bancaires.

 

- L’Irlande à vélo : Oublier les images des guides, avec les Français grand sourire, en t-shirt et short rose et vert fluo des années 80 visages cramés dans le Connemara. En vrai, il peut faire très beau mais aussi beaucoup moins.

Ne pas oublier qu’on roule à gauche, ça paraît bête mais tôt le matin ou après une petite pause il est très rapide de se planter. En tout cas pour moi, L’Irlande doit se faire à vélo, se pays a été créé pour les cyclistes.

 

- Le Langage : Eh oui oublié vos cours d’anglais scolaires, les Irlandais ont tous cet accents qui vous fait dire. Merde faut vraiment vivre dans les pays pour apprendre la langue. Avec pour vous tester du plus facile au plus difficile : parler à une serveuse à un office du tourisme dans le Connemara ( pas trop dure, elle est française) au plus dur fin de soirée dans un Pub du centre du pays avec un ancien qui essaye de vous expliquez entre deux verres de BlackBush le conflit entre la république d’Irlande et son ex ennemie du Nord.

Gaeltacht : désigne une région parlant gaélique. On entend de temps en temps des mots à consonance différente, mais tous parlent anglais voire français lorsqu’ils se sentent à l’aise.

 

- Le Connemara : Attention, Michel Sardou n’a pas qu’imposé les lacs du Connemara à tous les mariages ( vers 2h du mat pour relancer le dancefloor), il a aussi imposé par la même des Français à tout une région. Ça reste raisonnable, c’n’est pas le remblais des sables d’olonnes, mais faut aimer le tourisme français quand même. Ça n’enlève en rien la splendeur des paysages de cette région.

 

- La Musique : Profondément encrée chez les Irlandais, ils aiment écouter et surtout faire partager leurs cultures musicales traditionnelles par l’intermédiaire de chants improvisés, un régal.

 

- la Culture : Eviter de confondre les fondements de la culture anglaise et irlandaise, ça laisse des traces indélébiles dans une discussion. Eh oui, Derry et non pas LondonDerry. Roy Keane jouait à Manchester United mais est Irlandais.

 

- Le Sport : Une institution. En Bretagne il y a deux bars pour une boulangerie, et bien en Irlande un Bookmaker pour un Pub, ils sont très joueurs.

Témoin de cette ferveur le Football gaélique et le Hurling, si vous pouvez voir un match quel chance !

 

- Pratique : Les postes sont intégrées au Supermarché en général, les prises d’électricité nécessitent un adaptateur (les trois grosses fiches style anglo-saxon)

 

- Dormir : Les campings sont plutôt sympa, attention tout de même à la tonte de l’herbe, après une nuit de pluie la tente vous reprochera  les 10 cms d’herbes sous elles. Les jetons à douche sont les mêmes dans tout le pays.

Auberge de jeunesse très variable, attention aux tarifs suivant modèles de chambre.

B&B accueil chaleureux, cher mais plaisant pour remonter le moral.

 

- Se Restaurer : Traditionnal Irish Food un peu surfait, bien cherché vrai restaurant traditionnel. Demander si prix no charge (pas de pourboire à hauteur de 10%). Attention aux horaires en soirée, il n’est pas rare de ne rien trouvé d’ouvert à 18h00.

 

- Les Pubs : Plus qu’un bar, un lieux de mixité pure, age, sexe, social. Tout est valable pour discuter autour d’une Guiness. Mais n’est ce pas plutôt pour échanger que pour boire que les Irlandais se retrouvent dans les Pubs, à méditer ?

Attention, ne pas attendre dans la salle pour être servie. Commander au comptoir et la Guinness se sert en Pinte et en deux fois donc patience.

 

- Les Irlandais : Terminons par l’essentiel pour moi. La joie de vivre, la curiosité, la courtoisie caractérise le mieux les Irlandais. Ils ne se prennent pas au sérieux et aiment profondément leur pays et le communique. La tendresse de leurs âmes surpasse de loin la rudesse du Donegal.

Rien ne vous donnera plus la banane qu’un petit signe du doigt lorsque vous galérez sur votre vélo sous la pluie. Merci à vous

(Si on pouvait accueillir les Irlandais de la sorte en France)

 

Voilà si ça peut vous aider. A votre service


Publié le 27/09/2008, à 05:04,
Mots clefs :
« Page précédente Page suivante »